La Bibliothèque de Rodin

Rodin collectionneur n'eut pas la démarche d'un scientifique ou d'un archéologue. Contrairement à Sigmund freud, il n'éprouva pas le besoin de rassembler de nombreux ouvrages d'Égyptologie dans sa bibliothèque, ni d'étudier les hiéroglyphes. Les ressources du musée imaginaire et de la mythologie étaient ailleurs, dans les musées. Il ne possédait pas plus de livres sur l'Antiquité gréco-romaine. Sa bibliothèque égyptienne, réduite à cinq ouvrages, achetés ou offerts par des amis, apparaît singulièrement disparate.

Portraits antiques de l'époque grecque en Égypte, Vienne, Theodor Graf, 1900

Theodor Graf

Theodore Graf et Auguste Rodin

Le marchand viennois Theodore Graf s’était rendu célèbre dès les années 1880 par les expositions de sa collection de portraits égyptiens peints sur bois qu’il organisait à travers l’Europe. Sur les traces des missions officielles, il procédait à des fouilles clandestines en Égypte et revendait ses découvertes aux premiers amateurs. Le 10 novembre 1902, il envoya à Rodin une série de planches figurant ces portraits, avec des reproductions de médailles qui permettaient d’identifier les personnages représentés. Ces héliogravures signées J. Blechinger sont extraites d’un porte-folios Portraits antiques de l’époque grecque en Égypte, qu’il édita à Vienne, probablement en 1900. Theodore Graf accompagna son envoi de quelques commentaires élogieux, du professeur Otto Donner von Richter ou d’Edouard Ritschl, venant authentifier ses découvertes. Sans doute aurait-il aimé compter Rodin parmi ses acheteurs. Ainsi l’invita-t-il à venir voir l’exposition qu’il organisa à Paris, chez Ernest Kaps, 17 boulevard de la Madeleine. Mais nous n’avons retrouvé aucun écho de leur rencontre ni de l’intérêt de Rodin pour ces portraits saisissants qui n’apparaissent pas dans sa collection

 

Égypte. Monuments antiques, Londres, 1810.

 

Payne

 

 

Histoire ancienne des peuples de l'Orient classique, les origines : Egypte et Chaldée, Paris, Hachette, 1895

 

Gaston Maspero

Le livre a été offert à Rodin par son modèle, élève et maîtresse Sophie Potolska et dédicacé : "En mémoire de l'été 1906/ A mon très cher Maître/ avec tout mon respect/ Sophie".

La dédicace est visible en cliquant sur l'image ci-dessous. L'intégralité du texte est lisible sur Gallica.

 

Denkmäler Ägyptischer Skulpturen, Munich, F. Bruckmann, 1906-1916.

 

Friedrich Wilhem von Bissing, W. Freiherrn

 

 

Choix de costumes civils et militaires des peuples de l'Antiquité, leurs instruments de musique, leurs meubles, et les décorations intérieures de leurs maisons, d'après les monuments antiques, Paris, Willemin, 1798.

 

Nicolas Xavier Willemin