Modèle de sculpteur

Protome de lion en forme de gargouille

Égypte > Provenance inconnue.

Époque tardive (ou Basse Époque)- Époque hellénistique (IVe – IIIe siècle avant J.-C.) [voir chronologie].

Calcaire.

H. 12,9 CM ; l. 5,5 CM ; P. 8,80 CM. Socle : H. 2,3 CM.

Co. 898

 

Commentaire

Etat de conservation

Le matériau est sain. Une partie de la base, sous la patte droite, présente des cassures. La surface de la pierre est érodée, l’épiderme est émoussé. De nombreux volumes saillants sont épaufrés.

Description

Partie antérieure de lion destinée à servir de gargouille et donc à constituer un élément d’architecture. L’animal repose sur un socle, les pattes à plat devant lui.

La gueule est assez stylisée. Il semble que cela soit dû au fait que la pierre est émoussée et qu’en conséquence, des détails à l’origine finement sculptés comme les yeux, le museau ou les oreilles aient ainsi disparu. La crinière, délimitée par un liseré, présente des stries incisées. Les oreilles sont aussi dotées de stries. La patte avant droite est fragmentaire.

Le revers et le socle de l’œuvre sont plats. En bas à gauche du revers, un trou a été creusé pour laisser s’écouler l’eau. À l’avant, un volume rectangulaire dans lequel est taillée une gorge forme une gouttière. La combinaison de la forme du socle, à la hauteur de la gouttière accorde à cet objet une allure inhabituelle et lui confère un aspect inachevé.

Œuvres associées

Pour un autre modèle de sculpteur représentant un lion conservé dans la collection, mais qui n’est pas une gargouille, voir Co. 837.

Seuls deux autres exemples de lions gargouilles sont attestés : l’un est conservé à Hanovre, inv. n° 1927.430 (TOMOUM, pl. 91, n° 189), le second à Berlin, inv. n° 132661 (TOMOUM, pl. 92, n° 190). Dans ces deux cas, la représentation de la partie antérieure du lion est également sommaire. L’œuvre d’Hanovre a une partie du socle évidée en dessous et celle de Berlin a le socle droit. Seul le modèle du musée Rodin présente cette forme étrange à l’avant, comme pour montrer qu’il ne s’agit pas d’un état achevé.

Pour des gargouilles en forme de lion inscrites retrouvées in situ dans la région thébaine, consulter l’article de Chr. Thiers (THIERS 2009, p. 147-165, voir

http://www.enim-egyptologie.fr/cahiers/3/CENIM3_TOC.pdf), sur les gargouilles en général, voir VENTKER 2012).


 

 

Inscription

Anépigraphe.

Historique

Acquis par Rodin entre 1893 et 1913.

 

 

Donation de Rodin à l'État français en 1916.

< Retour à la collection