Ptah-Sokar-Osiris au nom de Padinefer

Egypte > Provenance inconnue

Les derniers temps > Epoque tardive > XXVIe dynastie

[voir chronologie]

Bois polychrome

H. 51,5 CM : L. 12,5 CM : P. 10 CM

Co. 3402

Commentaire

Etat de conservation

Mauvais état


Bien que sain, le bois présente les traces d’une ancienne attaque d’insectes xylophages, et est parcouru de fentes, notamment sur la partie frontale.
Le tenon d’encastrement présente une éclisse importante à l’arrière.
Les arêtes des parties saillantes telles que l'extrémité du nez ou les extrémités des pans de la perruque sont abrasées, et les éléments rapportés ont disparu.
La polychromie est en très mauvais état de conservation : lacunaire, ce qu'il en subsiste se compose de nombreux petits îlots qui présentent de nombreux soulèvements et écailles (en particulier le bleu de la perruque).
Les couleurs sont ternies par l’empoussièrement, l’encrassement et les dépôts d’enfouissement.
 

Description

Cette statue momiforme représente la divinité Ptah-Sokar-Osiris. Elle est incomplète. Il manque le socle sur lequel la statue s'emmanchait à l'aide d'un tenon taillé sous sa base, ainsi que la barbe postiche et la couronne ornant la tête de la statue, comme l'indiquent les mortaises situées respectivement sur le menton et au somment de la tête.

La statuette se dresse sur une fine base peinte en bleu, appuyée contre un pilier dorsal. La polychromie, appliquée sur une base préparatoire blanche, révèle un décor riche et détaillé. Sont manquantes la couronne et la barbe, comme l'indiquent la présence de mortaises sur le dessus de la tête et sur le menton, destinées à leur fixation.

La statuette ne comporte aucune cavité, comme il est habituellement d'usage pour ce type d'objet. Cette cavité était destinée à abriter soit un fragment de papyrus, soit un simulacre de momie fait d'argile et de graines germées, qui garantissait par sa présence symbolique et magique, la résurrection du défunt tel Osiris. Il est très vraisemblable que cet objet conserve cet aspect "magique", malgré l'absence de cavité. 

 

Le Ptah-Sokar-Osiris est représenté portant une perruque tripartie bleue ceinte d'un bandeau rouge noué à l'arrière. Son visage était vraisemblablement peint en jaune. Les détails du visage, tels que les oreilles, le collier de barbe et les sourcils sont peints en noir. Les yeux sont peints en noir et blanc.

Le corps du Ptah-Sokar-Osiris est revêtu d'une gaine rouge couverte d'un motif en résille bleu rythmé par un point d'orpiment.

Sur la poitrine, un large collier ousekh-n-bik doté de pièces d'épaules en forme de tête de faucon est composé de huit rangées alternant rangée pleine et rangée de perles colorées aux formes géométriques variées. Le collier est surmonté d'un pectoral carré couronné d'un disque solaire ailé.

Deux inscriptions hiéroglyphiques invoquant Osiris courent sur le devant et sur l'arrière de la statue. Le texte est rédigé en une colonne encadrée d’un liseré bleu, suivant un sens de lecture de droite à gauche. Les signes de la colonne avant sont peints en noir sur fond blanc, ceux de la colonne arrière en ocre rouge sur fond blanc.

 

D'après l'étude typologique menée par M. Raven, cette statuette relève du type IV C, qui se caractérise par un corps peint en rouge, au décor riche qui se traduit notamment par un collier plus ou moins détaillé parfois accompagné d'un pectoral (comme c'est le cas ici)  et le visage recouvert de feuille d'or ou bien peint en jaune ; ces exemplaires datent généralement de la fin de la 26e dynastie. 

Historique

 

Acquis par Rodin entre 1893 et 1913.

 

Donation Rodin à l'État français 1916.

< Retour à la collection