Relief

Egypte > région memphite, probablement

Ancien Empire

H. 33,5 CM : L. 22,6 CM P. 9 CM

Calcaire

Co. 3414

Commentaire

Etat de conservation

L’œuvre est en bon état de conservation. Cependant, la pierre est très altérée. De nombreuses épaufrures et marques diverses s’observent sur l’ensemble de la surface décorée. Les motifs sont également très émoussés. Par endroit, l’épiderme du calcaire se sépare en feuillets.

Description

Sur ce relief, un personnage masculin s’avance. Tourné vers la droite, il porte à hauteur de ses épaules une table d’offrande chargée de victuailles.

Le personnage est vêtu d’un pagne djendjit court, noué sous le nombril. Sa tête est recouverte d’une perruque courte, composée de rangs de boucles tubulaires montés en étages. Cette coiffure, enveloppante, descend bas sur son front et recouvre ses oreilles. Un large collier ousekh encercle son cou. Jambe droite avancée (expression de la marche en art égyptien), il soutient de ses deux mains une table d’offrande soigneusement remplie. Suivant les conventions de l’art égyptien, la main qui prolonge le bras gauche est en réalité une main droite présentée de face, permettant ainsi de rendre visibles tant le plateau qu’il porte que ses doigts. Il est à noter cependant une certaine maladresse dans la gravure des mains du personnage. La table d’offrande est composée d’un plateau circulaire muni d’un pied cylindrique simple, légèrement évasé vers le bas. Deux pains coniques se détachent de part et d’autre des offrandes, soigneusement rangées.

Le relief est gravé en très légère saillie par rapport au fond. La facture est de belle qualité, le visage du personnage étant nettement plus travaillé que la partie inférieure du corps. Un soin particulier a été apporté aux détails de la perruque ainsi qu’au contour de l’œil, à la narine et aux ourlets de lèvres.

Le relief n’a conservé aucune trace de polychromie. La tranche gauche est probablement d’origine. La tranche droite correspond à une cassure. La tranche inférieure fut très consciencieusement retaillée. On y observe des traces de râpe et de ciseau. Il est plus difficile d’interpréter la tranche supérieure en raison de sa forte usure. On remarque une trace de pointe très usée à cet endroit. Le revers conserve toutes les traces du détachement de la paroi d’origine. Il est couvert de traces d’outils mais n’a pas fait l’objet d’un aplanissement.

Ce bloc provient d’une tombe de l’Ancien Empire, très similaire aux reliefs gravés sur les parois de tombes memphites des Vème et VIème dynasties. Il était vraisemblablement intégré dans une composition plus large, mettant en scène des défilés de porteurs et porteuses chargés d’offrandes. Destinées à assurer le repas funéraire, elles assuraient la subsistance du ka du défunt et lui permettaient de se régénérer dans l’Au-delà. Activité rituelle fondamentale, cette scène de procession de porteurs se dirigeant vers le ou les défunts est l’une des plus abondamment représentée dans les chapelles des tombes de cette période. Dans la collection égyptienne du musée Rodin, d’autres reliefs de la même période illustrent ces scènes de processions de porteurs d’offrandes, en particulier les reliefs Co. 984, Co. 1040, Co. 3186 et Co. 3384.

Historique

Ancien numéro d’inventaire DRE 99. Le nombre 99, correspondant à son ancien numéro d’inventaire fut marqué directement sur la pierre au graphite, sur la tranche droite. Ce même nombre fut également marqué par Claire Lalouette au stylo bleu sur une étiquette découpée dans une fiche Bristol blanche maintenue autour du fragment à l’aide d’une ficelle.

< Retour à la collection