Sarcophage - visage

Égypte > Provenance inconnue

Basse Époque ou première moitié de l’époque ptolémaïque > XXV– XXXIdynastie > 656 – 30 avant J.-C. 

[voir chronologie]

H. : 40 cm ; L. : 49 cm ; P. : 29 cm 

Calcaire peint

Co. 5781 (= Louvre E 15550)

Commentaire

Etat de conservation

L’œuvre présente un mauvais état de conservation.

Cet élément correspond à la partie supérieure du couvercle d’un grand sarcophage anthropoïde en pierre, plus particulièrement à la tête d’un personnage et le départ de son épaule gauche ; le reste du couvercle et la cuve associée ont disparu. Le couvercle a été violemment fracturé, à une époque ancienne, au niveau du cou. La perruque est fissurée et l’extrémité des pans est manquante. Le nez est presque totalement perdu, mutilé par un violent éclat, mais le reste du visage est bien conservé. Des traces de polychromie sont encore bien visibles : la ligne de démarcation du front et de la perruque, les sourcils, les paupières et l’iris des yeux sont rehaussés de noir. Sur les deux côtés de l’œuvre, la surface est abîmé par endroits et présente de nombreuses éraflures ou épaufrures. Le revers offre un poli moins abouti que la partie extérieure du couvercle, la seule destinée à être visible. 

Description

Le personnage porte une perruque tripartite, volumineuse et lisse, qui laisse les oreilles dégagées. L’extrémité des deux pans avant de cette coiffure est perdue. L’arrondi de l’épaule droite a complètement disparu ; le départ de l’épaule gauche est conservé. Le visage dégage une certaine sérénité, soulignée par le léger sourire qui se dessine sur la bouche du personnage, aux commissures particulièrement expressives. Les joues sont pleines, le menton marqué. Quoique assez rapprochés, les yeux sont étirés en amande. Le coin interne de l’œil plonge vers le bas, alors que le coin externe remonte. Traités en léger relief, les sourcils et les traits de fard en suivent la forme et le maquillage se prolonge horizontalement vers les tempes. Les oreilles, larges et haut placées, ont des lobes courts. En l’absence d’inscription ou de décor explicite, il n’est pas possible de se prononcer sur le genre du destinataire de ce sarcophage, qui peut avoir été aussi bien un homme qu’une femme.

 

Pour les mêmes raisons, la datation est délicate et repose essentiellement sur des critères stylistiques, eux-mêmes bien maigres. La perruque très haute et volumineuse, le visage rond, la forme des yeux et le léger sourire suggèrent une datation de la Basse Époque, au plus tôt à fin de la XXVIdynastie, ou à la XXXdynastie, voire au plus tard à la première moitié de l’époque ptolémaïque. La typologie des sarcophages anthropoïdes en pierre de la Basse Époque, établie par M.-L. BUHL, confirme cette datation tardive, sans toutefois permettre de la préciser. Elle fournit quelques parallèles (Type E, b, cf. BUHL Marie-Louise, The Late Egyptian Anthropoid Stone Sarcophagi, Arkæologisk-Historisk Række VI, 1959, p. 18-19, 69-91) auxquels il faut ajouter notamment un fragment conservé au Musée Royal de Mariemont à Bruxelles (DERRICKS Claire, in Cl. DERRICKS, L. DELVAUX (éd.), Antiquités égyptiennes au Musée Royal de Mariemont, Bruxelles, 2009, p. 356-357, inv. B. 1). Le fragment de Mariemont a été lui-même mis en relation avec plusieurs œuvres, qui présentent également des affinités stylistiques et typologiques avec le fragment du musée Rodin (KAKOSY Laszlo, « Ein Sarkophag aus der Ptolemäerzeit im Berliner ägyptischen Museum », in Festschrift zum 150 jährigen Bestehen des Berliner Ägyptischen Museums, Staatliche Museen zu Berlin, Mitteilungen aus der ägyptischen Sammlung VIII, Berlin, 1974, p. 113-150, pl. 13-15 ; JØRGENSEN Mogens, Catalogue Egypt, III : Coffins, Mummy Adornments and Mummies from the Third Intermediate, Late, Ptolemaic and the Roman Periods (1080 BC-AD 400), Copenhague, 2001, p. 248-285 ; D’AURIA Sue H., VAN DIJK Jacobus (éd.), Objects for Eternity. Egyptian Antiquities from the W. Arnold Meijer Collection, catalogue d’exposition, Amsterdam, Allard Pierson Museum, 17 novembre 2006 - 25 mars 2007, Mayence, 2006, p. 248-250, n° 3.58 ; Boston Museum of Fine Arts inv. 12.1511, cf. D’AURIA Sue H., LACOVARA Peter, ROEHRIG Catherine H. (éd.), Mummies and Magic. The Funerary Arts of Ancient Egypt, catalogue d’exposition, Boston, Museum of Fine Arts, 14 septembre - 11 décembre 1988, Boston, 1988, p. 193, n° 139). On peut ajouter un autre fragment conservé à Boston, daté de la XXVIedynastie ou plus tard (MFA inv. 05.109) ainsi que quelques exemples conservés au Grand Musée Égyptien de Giza récemment publiés (LEITZ Christian, MAHROUS Zeinab, TAWFIK Tarek (éd.), Catalogue of Late and Ptolemaic Period Anthropoid Sarcophagi in the Grand Egyptian Museum, GEMP I, 2018, passim). 

Inscription

Anépigraphe. 

Historique

Acquis par Rodin entre 1893 et 1913.

 

BOREUX 1913 : XXX

 

Donation à l’État français en 1916.

< Retour à la collection